less is more
Bien-être

Comment le minimalisme peut nous rendre heureux

“Le minimalisme, c’est une philosophie de vie”, dit Fumio Sasaki dans son livre “L’essentiel et rien d’autre ou comment le minimalisme peut vous rendre heureux.” Étant un best-seller japonais, ce livre a conquis les cœurs d’une bonne partie de la population à travers le monde.

Voulez-vous savoir pourquoi ? Je vous propose de découvrir cela en plongeant dans le monde du minimalisme. 

Pourquoi collectons-nous tant de choses ?

On considère que la richesse matérielle est la clé du bonheur, car nous voulons tous être heureux. C’est pour cela que l’on travaille dur dans tous les domaines.

Et comme nous ne sommes pas sûr de quoi demain sera fait, nous avons tendance à accumuler autant que possible. Vous savez le “au cas où”. 

Nous vivons dans la peur et dans le manque de confiance en la vie. Le résultat : nous nous retrouvons avec des objets qui prennent de la place dans nos maisons. Nous n’utilisons que 10% de ce que nous possédons.. Parfois, nous sommes incapables d’avoir l’esprit clair à cause justement d’un désordre dans notre habitat. 

Réfléchissez bien à la phrase suivante : “Les objets que nous possèdons finissent par nous obséder”.

Les objets qui sont dans nos pièces communiquent avec nous instantanément sans paroles : “Lis-moi”, dit le livre d’un roman qui n’a jamais été ouvert depuis son achat. “Ramène-moi à la laverie”, nous dit du coin de l’oeil notre veste d’hiver. “Fait du sport”, crie notre raquette de tennis depuis 3 ans, et ainsi de suite… 

Les objets inutiles nous prennent du temps et de l’énergie dans la gestion et l’entretien de toutes nos affaires. Nous y pensons à chaque instant. Ils nous évoquent le passé, des rêves inachevés et des projets encore non réalisés. 

Après tout, sommes-nous toujours sûrs que nos objets nous rendent heureux ?

Minimalisme – qu’est-ce que c’est ? 

Quand on y réfléchit, nous sommes tous apparus minimaliste dans ce monde, sans aucune possessions matérielle. Pour ne pas être trop pessimiste mais plutôt assumer la réalité : nous quitterons ce monde aussi de cette façon – sans aucune possession. Ainsi, pourquoi ne pas arrêter la course à la possession de biens ?

Notre valeur n’est pas la somme de nos biens car aucun bien matériel n’offre la joie éternelle. Ils n’offrent qu’une joie de courte durée.

Selon Fumio Sasaki, le minimaliste, c’est quelqu’un qui sait ce qui est vraiment important pour lui et qui réduit la masse de ses affaires en ne conservant que l’essentiel. 

C’est pour cela, qu’il faut préciser qu’il n’y a pas de règles précises pour devenir un minimaliste. Mais le minimaliste saura définir l’essentiel du non essentiel. Il ne possède que le nécessaire et ne consacre sa vie qu’aux choses importantes et essentielles. Cette idée peut s’appliquer à tous les aspects de la vie. 

Conseils pour devenir un minimaliste

Vous pouvez penser : “s’agit-il de jeter toutes nos affaires pour retrouver le bonheur ?”. La réponse est non. Devenir minimaliste ce n’est pas jeter absolument toutes les choses que nous possédons, mais c’est adopter une philosophie de vie. Dans son livre, Fumio Sasaki nous donne 55 conseils pour devenir minimalisme et se débarrasser plus facilement des choses inutiles. En voici quelques-uns :

  1. Ne gardez que des objets qui vous apportent de la vrai joie
  2. Eliminez des objets en surnombre 
  3. Distinguez vos besoins de vos désirs
  4. Renoncez à l’idée que cela servira “un jour ou l’autre”
  5. Eliminez des choses dont vous avez oublié l’existence 
  6. Oubliez les prix initiaux de vos biens
  7. Si vous perdiez cet objet, le racheteriez-vous ?
  8. N’achetez pas sous prétexte que c’est une bonne affaire. Ne le prenez pas sous prétexte que c’est gratuit. 
  9. Si ce n’est pas un “oui !” enthousiaste, alors c’est “non”.
  10.  Conservez un sentiment de gratitude, pas l’objet. 

Et pour finir, souvenez-vous que le bonheur se compose plus de moments de qualité, que d’objets.

P.S. Cette idée est très étroitement liée au mode de vie danoise “Hygge”. Mais ça, vous pouvez le lire ici.

Quant à moi, je vous souhaite un bon courage dans la recherche de l’essentiel ! Vous êtes sur le bon chemin.